Le mot du maire

 

 

Nous voici déjà en 2003, encore une année de passée dirons-nous.

 

Mais qu’avons-nous donc fait en 2002 ?

D’abord nous avons joué la carte de la sécurité avec une défense incendie rénovée plus en accord avec
la réglementation actuelle. Ensuite la coulée de boue rue des Creuses nous a fait prendre conscience de
nos responsabilités. Les inondations que la France a connu et connaît encore en sont un parfait exemple.
Nous avons donc effectué le curage des fossés qui drainent le village. La route départementale a été sécurisée
par les services de la DDE avec la pose de panneaux routiers.
Nous avons aussi abordé des sujets moins heureux :  l’augmentation des impôts locaux. 
Nous avions des taux inchangés depuis 10 ans. Ce n’est pas une raison me direz-vous ; non, c’est vrai,
mais le taux de subvention du Conseil Général et la dotation de l’Etat y étant liés directement, il fallait
prendre les choses en mains pour inverser la tendance qui était à la baisse .
Comme le dit l’adage « aide-toi le ciel t’aidera ». L’Etat veut bien faire des efforts si la commune en
fait également.
Dure réalité…
La décentralisation ne va sûrement pas arranger les choses mais c’est une autre réflexion.
Pour l’année 2003, nous nous lançons dans la réalisation de la carte communale.
C’est un document d’urbanisme  qui va nous permettre de définir les zones de constructions possibles.
La population sera bien sûr associée à cette étude et tenue informée de l’avancement de ce projet.
Un cabinet d’architectes se penche également sur l’aménagement du village et sur la rénovation
du bâtiment Mairie. Enfin, nous allons avoir le bilan de l’étude d’assainissement.
Nous n’aurons pas de communautés de communes en 2003 car le projet a été rejeté par
5 communes sur les 13  intéressées.
Voici donc une année passée en réalisations et une année à venir, consacrée à des études.
Les finances de la commune n’étant pas extensibles, nous devons savoir où nous allons pour décider
des réalisations pertinentes.
 

Je souhaite une excellente année 2003 et principalement une bonne santé à tous les habitants.

                           

Claude MENGEL